Comprendre les troubles du sommeil : interview d’Alain Richard

laboratoire du sommeil
1 Fév 2018

30 nuits pour retrouver le sommeil - Pack Sommeil Retrouvé

J'aime cet article ! Je le partage

Alain Richard est infirmier-technicien au laboratoire du sommeil du Centre Hospitalier La Chartreuse à Dijon.
Nous l’avons interviewé afin d’avoir son point de vue sur le sommeil et les troubles du sommeil des français… mais nous ne pouvions pas rater l’occasion de parler de la sieste avec lui.

Vous pouvez retrouver la première partie de l’interview dans laquelle il présente son métier et le rôle (important) d’un laboratoire du sommeil.

Les français ont perdu 1h30 de sommeil depuis une cinquantaine d’années.

Pouvez-vous brièvement nous faire un point sur l’état général du sommeil des français ?

Les statistiques montrent que les français ont perdu 1h30 de sommeil depuis une cinquantaine d’années. Les raisons sont les sollicitations de la vie sociale mais aussi, aujourd’hui, l’utilisation d’ordinateurs, de tablettes et de Smartphones. Nos journées ne font que 24h, nous avons donc tendance à rogner notre temps de sommeil au profit d’autres activités. Pourtant, nous n’avons pas besoin de dormir moins que nos aïeux. En conséquence, les gens rencontrent des problèmes d’hypovigilance puisqu’ils se mettent progressivement en dette chronique de sommeil.

Nous dormons un tiers de notre vie.

100% des français dorment et pourtant ils semblent très peu informés sur les sujets du sommeil et de la vigilance. Comment expliquer cela ?

Effectivement 100% des personnes dorment, on estime d’ailleurs que nous dormons un tiers de notre vie. Pour autant le fait de dormir reste encore mystérieux et pour certaines personnes, il représente une activité assez angoissante. Cependant, les gens commencent progressivement à être mieux informés sur le sujet. A la fois à propos de leur santé, leur sécurité mais aussi leur capacité à mieux vivre leurs journées que ce soit au niveau social ou professionnel. Les gens sont mieux sensibilisés grâce aux médias qui parlent de plus en plus fréquemment des troubles du sommeil et des laboratoires du sommeil qui peuvent les aider.
Le sommeil est très important et il faut y faire très attention. Malheureusement, nous n’avons pas été assez éduqués à ce sujet et nous avons tendance à faire un peu n’importe quoi. Dès que nous ne dormons pas assez, la sanction est immédiate. Nous ne sommes alors plus assez vigilants par rapport aux actions que nous prenons au cours de nos journées.

Y a-t-il des catégories de gens plus touchées que d’autres par les troubles du sommeil (catégories sociales, activités professionnelles, sexe, âge, etc.) ?

On ne peut pas franchement parler de catégories plus touchées que d’autres par des troubles du sommeil. Les pathologies touchent toute la population. Dans notre laboratoire du sommeil, nous accueillons des patients dès l’âge de 6 ans jusqu’à 85 ans. Ce sont des hommes comme des femmes.
En conclusion, on ne peut pas dire qu’il y ait une catégorie qui est plus touchée. Toute la population risque un jour d’être confrontée à des troubles du sommeil.

Quels sont les différents types de troubles du sommeil que les gens peuvent rencontrer ?

Ces troubles du sommeil peuvent être aussi bien des insomnies (pas assez de sommeil), des hypersomnies (trop de sommeil) ou des parasomnies (gênes qui accompagnent le sommeil). Ces gênes peuvent être de différents types :

  • somnambulisme, terreurs nocturnes, syndromes des jambes sans repos ;
  • des pathologies neurologiques : les crises d’épilepsie morphéique par exemple [crises survenant pendant la nuit mais ne laissant peu ou pas de souvenirs au patient, NDLR] ;
  • des pathologies pulmonaires, comme les syndromes d’apnée du sommeil, les syndromes de haute résistance des voies aériennes supérieures, les syndromes d’hypoventilation alvéolaires, etc.

Quels sont les facteurs qui influencent ces troubles du sommeil ?

Il y a plusieurs facteurs qui peuvent influencer les troubles du sommeil :

  • Les facteurs génétiques pour certaines pathologies telle que la narcolepsie, le somnambulisme ou encore les terreurs nocturnes ;
  • Les facteurs environnementaux, comme l’obscurité dans la pièce, le bruit aux alentours, à cause notamment des voies routières ou ferroviaires. Dès qu’il y a du bruit, la qualité du sommeil s’en trouve affecté ;
  • Les facteurs médicamenteux : certaines pathologies nécessitent des traitements qui provoquent des baisses de vigilance, ce qui influence notre qualité du sommeil.

Aux personnes atteintes de troubles du sommeil, quels conseils pouvez-vous donner?

Dès que vous avez une somnolence excessive pendant votre journée, que vous vous endormez au théâtre, au cinéma, que votre réveil se passe mal, et que vos troubles du sommeil sont légers à modérés, cela concerne probablement votre hygiène du sommeilPour y remédier, des sites internet tels que PillowKnights.com vous permettent d’avoir des conseils et des actions correctrices très faciles à mettre en place.

Si malgré tout cela, votre situation ne s’améliore pas, il est probable que vos troubles soient liés à des pathologies plus importantes, telles que les hypersomnies, les épilepsies ou encore les syndromes d’apnée du sommeil. Dans ce cas-ci, il convient de prendre contact avec votre médecin ou directement se rendre dans un laboratoire du sommeil. Vous aurez accès à une consultation avec des médecins du sommeil et dans certains cas, à un enregistrement de votre sommeil afin de pouvoir établir un diagnostic sûr et obtenir une prise en charge de qualité.

Dans l’air du numérique, que pensez-vous des produits de sommeil connectés ?

Personnellement, je n’utilise pas beaucoup les appareils connectés liés au sommeil, mais je sais par exemple qu’il existe des appareils qui sont de petites bagues qui marchent très bien pour alerter les personnes au volant en cas de somnolence [il s’agit de la bague Stopsleep, NDLR].
Pour ce qui y est des appareils de luminothérapie, je vous conseille d’utiliser uniquement des appareils estampillés « NF » par les constructeurs respectant les précautions d’emploi afin d’éviter des accidents ou des inconforts au niveau des yeux. Il faut également bien veiller à respecter les consignes fournies avec ces produits.
Les autres appareils connectés, nous ne les utilisons pas ou peu puisque nos appareils sont autonomes.

Contrairement aux idées reçues, la digestion n’est pas à l’origine de la baisse de vigilance du début de l’après-midi.

La sieste

Que pensez-vous de la sieste ?

Vous imaginez bien que dans les laboratoires de sommeil, nous ne pouvons qu’être partisans de la sieste. La sieste est un moment privilégié qui survient généralement lorsque notre vigilance est en baisse en début d’après-midi. Contrairement aux idées reçues, la digestion n’est pas à l’origine de la baisse de vigilance du début de l’après-midi. Cette baisse est tout simplement liée à nos rythmes biologiques qui font que notre température diminue légèrement. La sieste est donc un excellent moyen de récupérer de la vigilance et ainsi d’améliorer notre capacité à travailler. Cependant, cette sieste ne doit pas dépasser 20 min. Si l’on ne s’endort pas durant ce laps de temps, ce n’est pas grave. Le simple fait de s’allonger sur une banquette ou dans un fauteuil et de se relaxer ne peut être que bénéfique pour le reste de la journée. La NASA a quant à elle démontré qu’une sieste de 26 min augmente les capacités de ses astronautes de 34%

La NASA a démontré qu’une sieste de 26 min augmente les capacités de ses astronautes de 34%.

Pourquoi 20 min maximum ?

Tout simplement parce que si la sieste dure plus longtemps, on risque de rentrer dans ce que l’on appelle dans notre jargon le sommeil lent profond ou sommeil noble. Cette phase permet de récupérer en vigilance mais diminue notre capacité à s’endormir le soir en reculant notre heure d’endormissement. De plus, si par exemple le téléphone vient à sonner alors que vous êtes en sommeil lent profond, vous allez vous réveiller au ralenti et vous sentir mal pour la suite de la journée. J’entends de nombreuses personnes dire : « je ne fais pas la sieste car il me faut toute l’après-midi pour m’en remettre ». Cela montre bien que ces gens-là ne suivent pas la règle des 20 min.

A vous entendre, la sieste est très bénéfique pour la vigilance et l’état d’éveil de chacun. Pourtant les français ne sont pas réputés pour être de gros siesteurs. A quoi cela est-il du ?

Les français ne sont pas siesteurs à cause de deux facteurs. Premièrement, un facteur culturel car en France, nous disons souvent que seuls les gens du midi font la sieste. Ce facteur culturel est donc lié à un deuxième facteur qui est climatologique. En effet, dans des pays comme l’Espagne ou des régions d’Afrique, la chaleur est particulièrement intense en début d’après-midi et il n’est pratiquement pas possible d’avoir une activité humaine à l’extérieur. C’est pourquoi, les gens profitent de cette petite baisse de vigilance pour piquer un petit somme.
En France, le climat n’étant pas aussi chaud, nous avons donc peu la culture de sieste. Dès lors, il est très difficile de mettre en place cette activité, en particulier au travail. On commence cependant à voir que dans le milieu professionnel, certaines entreprises acceptent que leurs employés fassent une courte sieste voyant les bénéfices que peuvent apporter ces siestes.

En conclusion

Alors que le sommeil des français souffre, faire la sieste et soigner son hygiène de sommeil sont évidemment deux conseils de bon sens à mettre en application sans tarder.
Ceci étant, vous aurez compris en lisant les propos d’Alain Richard qu’il existe un certain nombre de pathologies du sommeil qui nécessitent l’avis d’un médecin qualifié sur le sujet.
Les laboratoires du sommeil sont les structures de soins les plus adaptées afin de diagnostiquer et traiter ces pathologies. Dans la première partie de l’interview, Alain Richard nous présentait justement son métier et le rôle d’un laboratoire du sommeil. A lire sans tarder si ce n’est pas déjà fait.

Pour finir, nous tenons évidemment à remercier chaudement Alain Richard pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Pourquoi ne pas creuser un peu le sujet sieste en continuant la lecture avec notre article Pourquoi devrait-on passer à la sieste ? Bonne lecture, et bonne sieste !

LABORATOIRE DU SOMMEIL LA CHARTREUSE

1, Bd Chanoine Kir
BP 1514
21033 DIJON CEDEX
Tél. : 03 80 42 49 50
http://www.ch-lachartreuse-dijon-cotedor.fr/

la chartreuse Dijon - apnée du sommeil

Père de famille et chef d’entreprise, mes journées sont toujours trop courtes, et parfois mêmes mes nuits. Fort heureusement, je connais les clefs pour protéger mon sommeil et rester productif ! Je profite de ma pause déjeuner pour faire une petite sieste énergisante et rester au top !


Laisser un commentaire

Scroll Up
Plus dans #apnée du sommeil, #chronobiologie, #insomnie, #mauvais sommeil, #sieste
infirmier laboratoire du sommeil
Interview d’Alain Richard, infirmier en laboratoire du sommeil

J'aime cet article ! Je le partage FacebookTwitterPinterestAvez-vous déjà entendu parler de laboratoire du sommeil ? Sachant que 36% des français...

Fermer