Passage à l’heure d’hiver : bon pour le sommeil, pas pour l’horloge interne ?

Passage à l'heure d'hiver
28 Oct 2016

Retrouvez un sommeil naturel avec Belle&Bio

J'aime cet article ! Je le partage

Le passage à l’heure d’hiver se fait pendant la nuit du samedi au dimanche à l’occasion du dernier dimanche d’octobre. Cette année, la date tombe le dimanche 29 octobre !

Le changement d’heure est un sujet qui fait toujours couler beaucoup d’encre et qui alimente pendant quelques jours les discussions à la machine à café.
Cette année, vous ne serez pas en reste, puisque nous faisons le point sur ses impacts sur le sommeil et les rythmes biologiques.

Une heure de sommeil en plus

Ce week-end, à l’occasion du passage à l’heure d’hiver, nous allons gagner une heure de sommeil. A 3h du matin dimanche, il sera de nouveau 2h !

Pour notre sommeil, c’est une très bonne nouvelle. Notre société est en dette de sommeil et nous avons précisément besoin de dormir plus (et mieux). Je rappelle que nous dormons en France 1h30 de moins qu’il y a 50 ans !
Alors plutôt que de sauter sur une bonne excuse pour vous coucher plus tard, profitez-en pour dormir un peu plus dimanche.

Le passage à l’heure d’hiver est relativement facile

Le passage à l’heure d’hiver se fait généralement sans trop de heurts. Il est en tout cas beaucoup plus facile à supporter que le passage à l’heure d’été.  Explications :

  • Au lieu de devoir raccourcir notre nuit, nous dormons une heure de plus ! La journée de dimanche sera la seule de l’année à durer 25h. A l’inverse, nous devons nous adapter à une journée de 23h à l’occasion du passage à l’heure d’été.
  • 75% des français ont une horloge biologique qui fonctionne sur un rythme circadien de plus de 24h. Pour un décalage équivalent, l’horloge biologique de la majorité d’entre nous s’adaptent donc plus facilement à une journée plus longue plutôt qu’à une journée raccourcie.
  • Une étude suédoise a analysé l’impact du changement d’heure sur les risques d’infarctus de 1987 à 2006, et elle confirme cette tendance. Réalisée par les docteurs Imre Janszky et Rickard Ljung, l’étude publiée dans le New England Journal of Medicine démontre :
    • une augmentation de 5% du nombre d’infarctus pendant la semaine qui suit le passage à l’heure d’été, avec un effet significatif sur les 3 premiers jours post changement d’heure ;
    • une diminution de 1,5% du nombre d’infarctus pendant la semaine qui suit le passage à l’heure d’hiver, avec un effet significatif uniquement sur le jour suivant le changement d’heure.

Passage à l'heure d'hiver - changement-dheure-etude-infarctus

Vous aurez compris que le passage à l’heure d’hiver aura malgré tout une incidence sur votre horloge interne. Mais justement, l’impact de ce changement de rythme sur notre horloge biologique est-il réellement significatif ?

Le changement d’heure impacte notre horloge biologique

Décalage horaire ou simple effet psychologique ?

Beaucoup considèrent le changement d’heure comme un petit décalage horaire. La logique leur donne plutôt raison puisque notre horloge biologique va devoir s’adapter à ce changement d’heure. Mais son impact est dans les faits assez limité, en particulier au moment du passage à l’heure d’hiver.

On admet en effet que notre horloge biologique a la capacité de s’adapter d’un décalage d’une heure par jour. Même si notre horloge biologique aime la régularité, cette heure de décalage sera vite absorbée. Ce phénomène est assez proche du phénomène de « jet lag social » du week-end, où sans impératif de réveil, la majorité d’entre nous décalent leurs horaires pour récupérer et profiter de leurs proches. Lundi matin, il faut ensuite reprendre le rythme. Le passage à l’heure d’hiver pourrait éventuellement aggraver ce phénomène ce week-end si vous vous couchez encore plus tard !

On parle de décalage horaire à partir de 3h de différence

D’après Dr Guilhem Pérémarty, spécialiste du sommeil : « Le jetlag est un terme d’origine anglaise (de jet : avion, et lag : décalage), utilisé pour désigner l’ensemble de troubles liés à la désynchronisation des horloges biologiques à la suite d’un déplacement en avion à travers, au moins, trois fuseaux horaires. » Dès lors, il n’est pas possible de parler d’effets négatifs liés à un décalage horaire lorsque celui-ci est inférieur à 3 heures.

Les plus jeunes et les plus âgés sont plus exposés

Si l’impact du passage à l’heure d’hiver sera vite absorbé, nous savons malgré tout que les plus jeunes et les plus âgées y sont plus exposés. Ils ont une horloge biologique moins flexible que les adultes. Les enfants sont moins sensibles aux synchroniseurs de l’horloge biologique, qui la remettent à l’heure, tandis qu’en prenant de l’âge, notre horloge interne perd petit à petit sa capacité à s’adapter.

Au sujet des enfants, Claude Gronfier, chronobiologiste et chercheur à l’INSERM, recommande d’ailleurs de bien « veiller au coucher des enfants et ne pas les décaler », en continuant à les coucher « à l’heure de la montre ». Objectif : les recaler rapidement.

Moins de lumière, conséquence du passage à l’heure d’hiver

L’autre point négatif associé au passage à l’heure d’hiver, c’est le manque accru de lumière en fin de journée. Mécaniquement, le soleil se couchera à notre montre une heure plus tôt.

Le passage à l’heure d’hiver va donc favoriser la dépression hivernale, un trouble affectant l’humeur des personnes associé au manque de lumière naturelle à cette période de l’année.

« On va voir une augmentation de la prévalence de certains troubles affectifs de type dépression saisonnière » souligne Claude Gronfier.

A noter pour les personnes concernées que la luminothérapie, qui compense le manque de lumière du soleil, est la réponse adaptée au blues hivernal.

Passage à l'heure d'hiver - Avis sur le changement d'heure

Un sujet hautement polémique

Le passage à l’heure d’été, qui implique l’autre changement d’heure en hiver, est par nature un sujet polémique. La preuve : Ségolène Royal le remettait de nouveau en question pas plus tard que l’année dernière.

La base de la polémique est assez simple : tout le monde se demande si le passage à l’heure d’été/d’hiver est réellement justifié sans que personne n’arrive vraiment à répondre.

La logique de base est facile à saisir : réaliser des économies d’énergie en profitant plus longtemps de la lumière du jour pendant la journée. Mais ses implications sont plus nombreuses et plus complexes qu’il n’y parait. Se lever plus tôt implique par exemple de chauffer plus longtemps les logements et modifie les habitudes de consommation. Il y a aussi un impact sur la sécurité routière…

A date, aucune étude (et elles sont nombreuses) n’arrive à statuer clairement sur le sujet, d’où une polémique qui perdure.

Le point de vue de l’Europe

L’Europe s’est penchée sur la question pour essayer de trancher. Dans un rapport publié fin 2007, elle a synthétisé l’ensemble des études réalisées. Ses conclusions sont bien représentatives de la situation. Morceaux choisis :

« Face à des études contradictoires en la matière, il est impossible des tirer des conclusions valables sur l’impact de l’heure d’été sur l’environnement. (…) L’heure d’été contribue à une économie d’énergie du fait qu’on utilise moins d’électricité pour la lumière le soir car il fait plus clair. Toutefois, de ces économies il faut déduire la consommation accrue d’énergie due au chauffage le matin au moment du changement horaire et la consommation de carburant supplémentaire engendrée par l’augmentation possible du trafic le soir quand il fait plus clair. Aussi les économies effectivement réalisées sont-elles difficiles à déterminer, et, en tout cas, relativement limitées. »

Sur la santé, le rapport pointe les éléments suivants :

« La plupart des effets possibles de l’heure d’été sur la santé sont liés au fait que le corps doit s’adapter au changement d’heure en [mars] et en octobre. A cet égard les spécialistes, en l’état actuel de la recherche et des connaissances, s’accordent à constater que la plupart des troubles éprouvés sont de courte durée et ne mettent pas la santé en danger. »

Le rapport conclut que face à ces incertitudes, autant jouer le statut quo en ne chamboulant pas l’ordre établi, qui fonctionne :

« Outre le fait qu’elle favorise la pratique de toutes sortes de loisir le soir et qu’elle génère quelques économies d’énergie, il y a peu d’impacts de l’heure d’été et le régime actuel ne constitue pas un sujet de préoccupation dans les Etats membres de l’UE. (…) Aucun Etat membre n’a indiqué vouloir abandonner l’heure d’été ou modifier les dispositions de l’actuelle directive. En revanche il importe de maintenir l’harmonisation du calendrier pour assurer le bon fonctionnement du marché intérieur. »

Et les français, ils en pensent quoi du changement d’heure ?

Ooreka a mandaté l’année dernière l’institut de sondage OpinionWay afin de savoir ce que pensent les français du passage à l’heure d’hiver. Les résultats de cette étude sont assez marquants (rapport complet consultable en ligne).

  • Il en ressort que 54% des français ne sont pas favorables au changement d’heure, pour 17% seulement qui pensent que c’est positif.
  • D’autre part, 76% des français souhaiteraient rester à l’heure d’été, avec un soleil qui se couchera donc plus tard (2h de décalage par rapport à l’heure théorique du soleil) !

Passage à l'heure d'hiver - les français préfèrent l'heure d'été

Un peu d’info sur le changement d’heure

Le changement d’heure a été adopté en France en 1976 dans le but de réaliser des économies d’énergie suite au choc pétrolier de 1973. Pour ce faire, il a été décidé de faire coïncider les heures d’ensoleillement avec notre activité durant la journée.

Avant l’instauration du changement d’heure (qui a lieu 2 deux fois dans l’année évidemment, le passage à l’heure d’été se faisant le dernier dimanche de mars), l’heure officielle de la France était toute l’année ce que nous appelons aujourd’hui l’heure d’hiver.

Le saviez-vous ? Nous vivons 7 mois de l’année à l’heure d’été contre 5 mois seulement à l’heure d’hiver !

A l’heure d’hiver, l’heure officielle est décalée d’une heure par rapport à l’heure théorique du soleil.
Le passage à l’heure d’été nous décale quant à lui d’une heure supplémentaire, soit deux heures de moins que l’heure solaire.

Tous les pays dans le monde n’utilisent pas ce système. A l’heure actuelle, il est en application dans environ 70 pays, principalement en Europe et en Amérique du Nord.

Que faire ce week-end en prévision du passage à l’heure d’hiver ?

Ce dimanche, le passage à l’heure d’hiver se fera facilement pour la majorité d’entre nous. Ceci dit, ces quelques conseils vous aideront à bien le vivre.

Profitez d’une heure de sommeil en plus pour recharger les batteries. Endormez-vous simplement à la même heure que d’habitude et laissez-vous réveiller par l’odeur des croissants du dimanche matin.

Ensuite, oubliez l’heure d’été et accueillez à bras ouvert l’heure d’hiver. Vous recalez immédiatement sur la nouvelle heure permettra d’être opérationnel dès le lundi matin.

Si malgré tout vous veniez à souffrir du manque de luminosité en fin de journée dans les prochaines semaines, un appareil de luminothérapie vous apportera le supplément de lumière qu’il vous manque.

Produits associés à cet article – PillowKnights.com


Remettez votre horloge biologique à l’heure avec notre sélection de lampes de luminothérapie françaises :

lampe luminotherapie dayvia slim style
lampe panneau luminotherapie dayvia 072

 

Père de famille et chef d’entreprise, mes journées sont toujours trop courtes, et parfois mêmes mes nuits. Fort heureusement, je connais les clefs pour protéger mon sommeil et rester productif ! Je profite de ma pause déjeuner pour faire une petite sieste énergisante et rester au top !


Laisser un commentaire

Scroll Up
Plus dans #chronobiologie, #idée reçue sommeil, #luminothérapie
lampe-luminothérapie-01-01
Bien choisir sa lampe de luminothérapie

J'aime cet article ! Je le partage FacebookTwitterPinterestSur votre bureau, devant vos yeux ou sans fil ; la luminothérapie s’invite...

Fermer