Matelas latex : Talalay ou Dunlop, naturel ou synthétique ?

Matelas Latex Talalay Dunlop Naturel Synthetique
7 Fév 2019

J'aime cet article ! Je le partage

Vous envisagez d’acquérir un matelas en latex ? Latex Dunlop ou latex Talalay ? Naturel ou synthétique ? Ça se complique vite avec ces notions qui se cumulent. En tout cas au début, parce que ce n’est pas forcément si compliqué.
Ayant moi-même pris le temps de comprendre ces différentes notions, je me suis dit que ça valait le coup de partager le résultat de mes recherches. J’ai mené ces recherches avant et pendant l’achat, le test et la rédaction de mon avis sur le matelas Kipli, que je vous invite à découvrir par ailleurs. Le matelas en question contient justement une couche de latex Dunlop et une couche de latex Talalay… avec du latex 100% naturel bio.

Plutôt matelas latex Dunlop ou matelas latex Talalay ?

Alors, quand on étudie la composition – l’accueil et/ou l’âme – d’un matelas latex, que veux dire latex Dunlop et latex Talalay ? Ce sont en fait deux procédés de fabrication différents pour faire un matelas en latex.

La méthode Dunlop a été inventée en 1929. La méthode Talalay est une évolution de la méthode Dunlop qui date de 1950. Dans les deux cas, il s’agit de la méthode utilisée pour transformer du latex liquide en une forme solide qui va constituer tout ou partie de votre matelas (en fonction des couches utilisées). Pour ce faire, on remplit un moule avec du latex liquide, qui sera ensuite « cuit » afin de se solidifier. Les moules sont remplis de tiges chauffantes en forme de petits cylindres, qui vont permettre de bien chauffer et bien aérer le latex. On en retrouve d’ailleurs les trous sur les couches du matelas. Votre matelas de latex est ainsi perforé de part en part de multiples petites alvéoles rondes.
En fonction du procédé de fabrication retenu, Dunlop ou Talaly donc, les caractéristiques obtenues sont un peu différentes.

Le latex Talalay, une évolution du latex Dunlop

Pour fabriquer un matelas en latex Dunlop, il faut remplir complètement le moule de fabrication de latex liquide (lui-même fabriqué à partir de sève d’hévéa, pour rappel). Pour obtenir du latex Talalay, le moule utilisé ne sera que partiellement remplit de latex liquide. Via des étapes supplémentaires dans le processus de fabrication, l’air restant dans le moule va être aspiré pour faire le vide à l’intérieur du moule. Une fois que c’est le cas, le latex dans le moule va alors, par expansion, le remplir en totalité. Puis il est ensuite surgelé afin de « figer » sa structure aérée pendant la cuisson. Résultat : on obtient après cuisson ainsi un latex différent, à la densité de mousse plus faible, avec moins de propriété élastique, mais d’autres bénéfices ! C’est assez logique si on considère qu’on a fabriqué une couche de hauteur identique avec une quantité inférieure de latex.

Que le latex soit naturel, ou non, les procédés de fabrication sont les mêmes. Vous pouvez donc avoir un matelas latex naturel Dunlop comme un matelas latex Dunlop synthétique. Voir plus bas pour les explications sur les types de matelas en latex.

Quelle différence entre ces 2 procédés de fabrication d’un matelas en latex ?

Le latex Dunlop ainsi obtenu est plus dense (en moyenne, ça dépend évidemment de la fabrication) et donc plus ferme. Il reprend sa forme plus rapidement que le latex Talalay, car il est aussi plus élastique. Il a aussi une longévité supérieure au latex Talalay pour ces raisons. J’ai entendu parler de 15 ans pour du latex Dunlop, avec par ailleurs une très bonne longévité pour un matelas latex Talalay, pas d’affolement. En raison de son mode de fabrication, c’est aussi un latex plus respectueux de l’environnement, puisqu’il consomme moins d’énergie. A l’inverse, puisqu’il est plus complexe à fabriquer, le latex Talalay est plus cher que son cousin Dunlop. Et ce n’est pas une histoire de matière première.

Par contre, un matelas en latex Talalay est plus aéré qu’en latex Dunlop. Un matelas de ce type sera donc plus efficace pour dissiper la chaleur (à densité de mousse égale). Il conserve aussi de très bonnes propriétés de soutien et d’élasticité, mais son rendu est plus doux et il ne reprend pas sa forme aussi rapidement.

Recolte latex naturel matelas dunlop
Recolte naturel matelas latex talalay

Latex synthétique ou naturel ? les 2 mon capitaine !

Maintenant que vous savez qu’une couche ou un matelas de latex est de type Dunlop ou Talalay selon son procédé de fabrication, parlons de l’origine du latex lui-même. En effet, c’est bien l’origine du latex utilisé pendant la fabrication qui détermine si le latex est naturel ou synthétique. Mais ça se corse un peu, parce qu’en raison de la réglementation, et pour des raisons de coût, on peut trouver des mélanges.

Il y a en fait 3 catégories de matelas latex, qu’il faut différencier par leur appellation. Plus celle-ci est précise, et plus c’est rassurant pour faire simple.

Un « matelas en latex » est composé soit de latex naturel, soit de latex synthétique, créé artificiellement par des dérivés du pétrole. Moins cher que le latex naturel, le latex synthétique est aussi moins résistant. Le problème, c’est qu’avec lui, on retombe dans les travers des produits chimiques, dont fait partie la mousse mémoire de forme, avec des risques d’émissions de Composés Organiques Volatils (COV) nocifs quand vous dormez dessus.

Vient ensuite le « matelas en latex naturel ». Pour avoir cette dénomination, il faut qu’il contienne au minimum 85% de latex naturel. On peut donc rajouter des éléments supplémentaires (des couches de mousse parfois, un poil de latex synthétique, …). Bref, c’est bien, mais pas aussi naturel que son nom nous laisse le penser.

Et pour finir, le « matelas latex 100% naturel », qui contient uniquement du latex d’origine naturel, comme son nom l’indique. Pas de mélange, juste du latex. Si on prend l’exemple de Kipli, c’est un matelas latex 100% naturel. Par contre, il y a dedans une couche de latex Talalay et une couche de latex Dunlop, en raison des choix du fabricant.

Père de famille et chef d’entreprise, mes journées sont toujours trop courtes, et parfois mêmes mes nuits. Fort heureusement, je connais les clefs pour protéger mon sommeil et rester productif ! Je profite de ma pause déjeuner pour faire une petite sieste énergisante et rester au top !

Laisser un commentaire

Scroll Up
Plus dans #sommeil naturel
slider_article-homéopathie-sommeil---homéopathie-pour-dormir
Homéopathie sommeil : tout savoir pour mieux dormir

J'aime cet article ! Je le partage FacebookTwitterPinterestNuits trop courtes, problèmes d’endormissements, réveils nocturnes… il faut l’avouer, notre sommeil est...

Fermer